mardi 2 juillet 2013

L'atelier du midi, évènement phare MP 2013

Me voici désormais à Aix en Provence et la culture ne manque pas.
A l'occasion de la capitale européenne culturelle, je souhaitais vous partager mon coup de cœur pour cette double exposition, organisée comme un dytique à Aix et Marseille : 
LE GRAND ATELIER DU MIDI.

L’exposition s’annoncant l’évènement phare de la Capitale Européenne de la Culture Marseille Provence 2013, propose de revisiter la révolution de l’art moderne qui s’est jouée dans le midi entre 1880 et 1960.

Plus de deux cents œuvres venues du monde entier ont convergé vers le musée Granet à Aix en Provence et le musée des beaux-arts du palais Longchamp à Marseille.

Un grand atelier à ciel ouvert où les artistes ont découvert la force de la lumière du sud à travers le rivage méditerranéen, véritable Eden. 

L’attraction exercée par le sud est indéniable, les artistes viennent se ressourcer dans le midi et se confronter aux paysages, aux couleurs et à la lumière.

Van Gogh est l’un des premiers peintres à descendre vers le midi. C'est en 1888 qu'il arrive à Arles. Il a pour projet de réunir autour de lui d’autres artistes pour former un foyer de création. Il ne réalisera pas son utopie. Pourtant le midi ne va plus cesser de fasciner les artistes.  Ce terme « grand atelier du midi » inventé par Van Gogh. Quand il arrive à Arles, il veut réunir
Van Gogh ne jure que par la couleur, vecteur de l’émotion.
Selon les mots de Cézanne, « lorsque la couleur est à sa richesse, la forme est à sa plénitude »

Parmi les artistes exposés : Cézanne et Van Gogh, mais aussi Monet, Picasso, Matisse, Renoir, Dali, Bonnard, Braque, Signac, Soutine, Vallotton, Dufy, Camoin, Derain, Manguin, Gauguin, Man Ray, Modigliani.

Nombreux sont les artistes du XXe siècle qui se sont référés soit à Van Gogh à l’exaltation de la couleur, soit à Cézanne pour la recherche sur la forme comme réalisation de la quête d’une « harmonie parallèle à la nature ».

  
La montagne Saint Victoire - Cézanne
Paul Cézanne peint inlassablement la montagne Sainte Victoire à Aix-en-Provence. Une véritable histoire d'amour entre un peintre et son sujet.
Fasciné par la beauté de la montagne Sainte-Victoire, Cézanne ne cesse revenir sur ce motif toute sa vie : "Regardez cette sainte-Victoire. Quel élan, quel soif impérieuse de soleil, et quelle mélancolie, le soir, quand toute cette pesanteur retombe !" Cézanne

La méridienne - Vincent van Gogh
Van Gogh représente ici une scène de repos des paysans à l’ombre d’une meule de paille, à l’heure où le soleil est accablant. Un couple de moissonneurs interrompt son interminable journée par une sieste. Ils font « la méridienne ». Construit dans la lumière où domine le jaune et le bleu, teintes chers à van Gogh.

 
Le retour du pêcheur ou le pêcheur provençal - Henri Edmond Cross (1896)
Cross représente un pêcheur remontant avec un panier rempli, au soleil couchant. Les teintes sont violacées indiquant la fin de journée. Ce tableau est découpé en deux de manière égale avec d'un côté le rivage et de l'autre la colline. Le ciel jaune apporte cette lumière au tableau. 

Cap d'Antibes, coup de mistral  (1888) - Monet
En 1888, Monet passe trois mois et demi à Antibes. Il y réalise une série consacrée au massif de l'Estérel. La composition épurée de ses paysages est basée sur le contraste des couleurs vives du premier plan et des tons doux des montagnes lointaines.
 Bordighera - Monet
 Monet se concentre sur cette végétation luxuriante qui le fascine.
On respire l’atmosphère du midi et on perçoit bien cette lumière si caractéristique du sud

 Femmes au puits - Signac
En 1892, Signac décide de fuir Paris et de s'installer à Saint-Tropez au pied de la colline de la Citadelle. 
Sur ce tableau figurent deux femmes occupées à tirer l'eau d'un puits. Tous les éléments du paysage dans lequel il situe la scène existent bien à Saint-Tropez : la colline surmontée de la Citadelle, la mer et la jetée du port, les collines des Maures et les contreforts de l'Estérel, mais le peintre les synthétise à son gré, créant un nouveau paysage sur sa toile. Signac cherche à donner, grâce à l'usage de tonalités stridentes, voire acides, l'impression que c'est la peinture elle-même qui génère la lumière. 
Cette toile lumineuse représente le midi comme une allégorie de la société idéale et du bonheur de vivre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire